Anedocte d'Apollo 11

Le 16 juillet 1969, alors que l'équipage d'Apollo 11 prenait son dernier petit déjeuner avant le lancement, Thomas Paine, administrateur de la NASA, leur rappela que la sécurité devait gouverner toutes leurs actions, et que si quelque chose tournait mal ils devaient annuler la mission. Il leur fit alors la plus surprenante des déclarations : s'ils étaient forcés d'annuler la mission, tous trois seraient immédiatement assignés à la prochaine tentative d'alunissage (ce qui aurait constitué un cas sans précédent, compte tenu de la rotation normale des équipages dans le programme Apollo). Quelques mois plus tard, il tint les mêmes propos à Charles Conrad, commandant de la mission Apollo 12.

Tout de suite après l'alunissage, Buzz Aldrin a communié dans le LM. Pour ce faire, il avait même emporté un petit calice et un peu de vin, bien que la NASA ait toujours admis que c'était de l'eau (officiellement, on n'emportait jamais d'alcool à bord d'une capsule).

Sur la Lune, au moment de décharger un lot d'équipements contenus dans un des compartiments extérieurs du LM, Neil Armstrong découvre à l'intérieur de celui-ci une feuille de mylar (matériau d'isolation de l'étage de descente) sur laquelle un technicien de la société Grumman (le fabricant du module lunaire), nommé Kupzyk, avait écrit ces mots : "Bonne chance Neil et Buzz, de la part de toute l'équipe de vérification Grumman". Suivaient encore les signatures des 60 membres de cette équipe. Comme les règles de la NASA stipulaient que rien ne pouvait être placé dans le LM sans autorisation préalable, l'administration américaine convoqua un des responsables de Grumman pour exiger le renvoi immédiat de toute l'équipe. Fort heureusement, ce dernier se contenta simplement de rappeler son équipe à l'ordre et c'est ainsi qu'elle put continuer à travailler sur le site de lancement pour les missions lunaires ultérieures. Quant aux dirigeants de la NASA, ceux-ci ne tardèrent pas à se calmer, surtout parce qu'Armstrong n'a jamais évoqué ce message dans ses conversations radio avec la Terre.

Le journal "Daily Mail" avait demandé à ses lecteurs quel message ils auraient aimé voir gravé sur la plaque que les astronautes d'Apollo 11 allaient laisser sur la Lune. Voici quelques unes des réponses reçues, considérées à l'époque comme peu flatteuses : 1. Un portrait de Janus, le dieu à deux figures, de façon à ce que les futurs visiteurs de la Lune se rappellent quelle créature hypocrite est l'homme - 2. Une image de la Terre avec une vue de grande ville embouteillée par le trafic, pleine de vapeurs d'essence, traversée par une rivière polluée ; ainsi, un extra-terrestre de passage aurait compris pourquoi les hommes dépensaient tant d'efforts et d'argent pour aller ailleurs - 3. Un dépliant, avec d'un côté le montant des sommes gaspillées par les États-Unis pour envoyer un homme sur la Lune, et de l'autre, le chiffre des hommes dans le besoin et des miséreux sur Terre.

Buzz Aldrin s'est vanté d'être le premier homme à avoir uriné dans sa combinaison spatiale, sur la Lune (note du webmestre : ceci lui est arrivé tout de suite après avoir posé le pied sur la Lune ; anticipant leurs futures émotions, les ingénieurs de la NASA avaient d'ailleurs spécialement équipé les combinaisons d'Aldrin et d'Armstrong avec une poche à urine).
(merci à Alain Limouzy pour cette anecdote).

N. Armstrong ne voulait pas de la présence des reporters et photographes au sortir de la période de quarantaine passée dans le LRL (Lunar Receiving Laboratory). La veille de cette sortie, au cours d'une discussion avec Charles "Chuck" Berry (pas le chanteur, mais le médecin-chef de la NASA), il avait prévenu qui si les caméras étaient présentes, lui et son équipage feraient semblant d'être malades, pariant même que tous les gens présents eux-aussi se sentiraient subitement mal. Il avait même regretté de ne pas disposer d'un produit type teinture d'iode, afin que les trois astronautes se peignent des petits points sur le visage.

La fameuse phrase prononcée par Neil Armstrong (note du webmestre : "That's one small step for man...one giant leap for mankind") est bien de lui, mais il a été contacté plusieurs fois par Richard Nixon pour qu'ils en parlent. Le président était la seule personne à savoir à l'avance ce que Neil allait dire.
(merci à Barnabooth pour cette anecdote).

Sur toutes les photos prises sur la lune ce fameux 21 juillet 1969, aucunes ne représentent Neil Armstrong car c'était lui qui tenait l'appareil photo. Neil s'en rendit compte, un peu déçu à son retour sur le plancher des vaches.
(merci à Stéphane pour cette anecdote).

A la fin de sa sortie lunaire et juste avant de remonter dans le LM, Aldrin déposa sur la surface lunaire un écusson représentant la mission Apollo 1 en honneur des astronautes Grissom, White et Chaffee ainsi que des médailles commémorant la mort des cosmonautes Youri Gagarin et Vladimir Komarov. Il y avait également un minuscule disque intitulé "De la planète Terre" sur lequel étaient enregistrés les messages de bonne volonté de 73 nations.

Quelques petites précisions concernant les objets laissés par Apollo 11 sur la Lune : il y avait aussi une feuille d'olivier en or (les trois astronautes en avaient chacun une copie identique qu'ils offrirent à leurs femmes au retour), les objets ont été déposés enfermés dans un sachet, les médailles pour Gagarin et Komarov étaient non-officielles.
(merci à Alain Limouzy pour cette anecdote).

L'origine du surnom d'Edwin Eugen Aldrin ("Buzz") remonte à son enfance. C'est le diminutif de Buzzer qui est la déformation du mot brother que sa petite soeur, alors bébé, ne parvenait pas à prononcer correctement (note du webmestre : Aldrin prendra légalement le prénom de Buzz en 1979). Le nom de jeune fille de la mère d'Aldrin est Moon (ça ne s'invente pas), on se dit qu'il était prédestiné au destin qu'il a eu.
(merci à Alain Limouzy pour cette anecdote).

Si vous connaissez d'autres anecdotes au sujet d'Apollo 11, merci de me les communiquer à l'adresse suivante : Programme.Apollo@wanadoo.fr pour que je puisse les inclure sur mon site.

<< Retour sur Apollo 11