La lune a droit à sa voiture

    Pour le public, la grande innovation de la mission Apollo 15 est sa petite jeep lunaire. Celle-ci n'a rien à envier à ses aînées circulant sur Terre : elle est équipée de sièges baquet et de quatre roues motrices. Les 207 kgs du véhicule sont prévus pour parcourir 65 kms grâce à deux batteries électriques de 36 volts. Par mesure de précaution, la NASA a limité son rayon d'action à 9,5 kms du module lunaire ; cette limite aurait permis aux astronautes de revenir à pied jusqu'au LM, en cas de panne. Le poids en ordre de marche est d'environ 363 kgs avec les deux astronautes, plus 54 kgs d'équipements scientifiques et photographiques, plus le même poids en matériels de communication et enfin 27 kgs réservés aux échantillons lunaires. Tous ces poids, bien sûr, étaient à réduire d'1/6ème quand le petit véhicule opérerait sur la Lune. En raison de la place limitée dans le module lunaire, le "rover" était replié en deux dans un bâti spécial situé dans l'étage de descente du module. La compagnie Boeing, ainsi que son sous-traitant, la Delco Electronics Subdivision (appartenant à General Motors), a conçu et fabriqué le premier rover en 18 mois à peine, constituant ainsi un exploit dans le programme Apollo. Le coût de revient a été de 12,9 millions de $, coût élevé en raison des équipements uniques au Monde : le rigoureux environnement lunaire (températures extrêmes, absence d'atmosphère, gravité réduite, surface irrégulière constituée de poussière abrasive,...) a en effet posé de nombreux problèmes dans la conception du système de propulsion, la stabilité, le contrôle et l'interaction entre les roues et le terrain. Des roues spéciales constituées d'une carcasse en treillage métallique ont été développées pour faire face aux restrictions de poids et permettre la mobilité nécessaire sur la Lune. Chaque roue avait son propre moteur électrique pour la traction. Le véhicule disposait d'une motricité indépendante pour les roues avant et arrière, ainsi le conducteur pouvait indifféremment utiliser les roues motrices avant, arrière ou le tout. Les deux astronautes s'asseyaient côte à côte dans le véhicule. Le contrôle était assuré par un joystick en forme de T monté sur un tableau de bord placé au centre. Ce joystick commandait l'accélération, le freinage et le contrôle de la direction ; il pouvait être utilisé par l'un ou l'autre des astronautes. Le tableau de bord disposait aussi d'un système de contrôle de l'alimentation électrique ainsi que divers systèmes d'alarme et de surveillance du véhicule. Comme aucune boussole ne pouvait être employée sur la Lune, un système particulier de navigation a été développé, incluant notamment un gyroscope directionnel et un petit ordinateur. Le système utilisait la distance et la direction parcourues pour déterminer le positionnement par rapport au LM. Grâce à ce système, les astronautes pouvaient facilement trouver le plus court chemin pour revenir à ce dernier.

<< Retour Apollo 15